Quand on parle de la mission de l’Église il n’y a aucune raison de faire une distinction ou discrimination du genre. Il n’existe donc pas une mission ecclésiale pour les hommes et une autre pour les femmes, la mission de l’Église est une et la même pour tous. Comment envisageons-nous la mission de la femme dans l’Église et dans la société ?

De nos jours, la théologie missionnaire a donné une autre vision de la mission en valorisant aussi plusieurs autres paradigmes, entre autres celui de la réconciliation. Toutefois, nous remarquons que lorsque la femme vit dans des conditions pitoyables, toute la société en pâtit.

C’est pourquoi le processus de réconciliation ne saurait donc réussir si les femmes, victimes principales des conflits, ne sont pas prises en compte. Elles sont au cœur même du processus de réconciliation, de reconstruction et du développement de la société. Mais quelle est la place qui est ou qui sera accordée à la femme dans ce processus ? La réconciliation et la reconstruction de la société peuvent-elles se faire sans les femmes ?

------------------------

Bernadette Clara Alvine Ayo Mbarga est religieuse dans la congrégation des Soeurs servantes de Marie de Douala (archidiocèse de Douala-Cameroun). Après des études en sciences religieuses puis en philosophie et théologie, elle se spécialise en théologie missionnaire et obtient une licence et un doctorat en missiologie à l’Université Pontificale Urbaniana de Rome. Actuellement, elle poursuit ses recherches.